AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Prise en faute ! - Feat Aymeric

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyVen 22 Avr - 18:23








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.


Il était temps de rentrer au dortoir. Cassandra longeait les murs froids des cachots, sa baguette éclairait le sol faiblement, juste assez pour qu'elle voit où elle mettait les pieds. Elle n'avait pas forcément envie de retrouver l'univers des verts et argents, mais il n'y avait que là ou elle pourrait dormir quelques heures, avant de se lever pour affronter une nouvelle journée. La préfète en chef n'était pas de garde ce soir là, sa présence hors du dortoir était donc non autorisée mais au fond, elle s'en moquait bien. Ce soir, tout lui passait au dessus en dehors de ses soucis plus personnels. Elle en gardait une trace sur son visage, des larmes qui avaient rougi ses yeux, et son maquillage gâché. Son apparence devait être médiocre mais là aussi, alors que l'an passé, elle aurait immédiatement fait en sorte que cela ne se voit pas, cette année, elle ne faisait plus autant d'efforts pour paraître toujours à son avantage. Elle laissait généralement ses cheveux lâches, alors qu'elle abordait plus souvent une queue de cheval sur le sommet de son crane ou des chignons bas. Juste un coup de peigne pour les démêler et voilà. Non elle ne perdait guère de temps à se pouponner à présent. En y songeant, elle ne pouvait nier avoir réellement changer, et elle pouvait comprendre que cela interpelle ses plus proches amis ou connaissances. Les filles de son année, s'étaient toutes étonnées de la voir ainsi. L'envie d'attirer l'attention, l'avait quitté. Elle ne voulait plus être la fille à regarder, bien qu'elle soit plutôt jolie, et qu'elle savait se mettre en valeur, elle avait abandonné cette facette d'elle même. Elle se contentait de vivre, pour elle même et non plus pour les autres. Qu'importe les commentaires sur elle. La serpentarde poursuivait son chemin, veillant à ne pas faire de bruits. Elle ne désirait pas s'attirer des ennuis, et donc ni croiser un professeur, ni ses collègues préfets.

Le silence ambiant aurait pu faire peur à plus d'un élève, surtout les premières années, qui ne connaissait pas encore le château comme le fond de leur poche. Pour la septième année, il était rassurant, voir même agréable. Cassandra au fond était quelqu'un de solitaire, quand elle avait été nommé préfète il y a deux ans – celle ci étant sa troisième année en tant que telle – elle avait apprécié toutes les rondes qu'elle avait pu effectuer seule. C'était comme se promener dans un univers visible pour elle seule. Même les cachots étaient un lieu qu'elle appréciait malgré leur fraîcheur habituelle et leurs couleurs sombres. Faut dire qu'elle y évoluait depuis sept ans à présent, ils étaient son quotidien. Sa main libre effleurait la pierre doucement. A la fin de l'année, si elle parvenait jusqu'à là, elle obtiendrait ses aspics et quitterait l'école définitivement. Elle dirait adieu à ces murs pour plusieurs années, et doutait d'y revenir un jour. Au sein de sa famille, les femmes n'étaient pas faites pour travailler, aussi, quand bien même, elle aurait voulu enseigner, une fois de plus, cela lui serait impossible. La rousse poursuivait son chemin, comme elle suivait celui de ses pensées, de façon un peu hasardeuse. Si bien que sans y prendre attention, la faible lueur de sa baguette éclaira un détail qui ne devrait pas être là. Une paire de chaussures pour être plus exacte. De couleur noire, si on entrait davantage dans le détail. Ce n'était point une pointure d'élève, mais plutôt d'adulte. Cassandra se mordilla la lèvre comme prise en faute. Elle n'avait pas suivi le bon couloir et voilà qu'elle tombait sur un professeur, restait à déterminer lequel. Lentement, très lentement, elle fît remonter le faisceau de lumière vers le haut, dévoilant peu à peu, la tenue vestimentaire, qui assurément appartenait à un homme. Mentalement, elle fit le tour de ses professeurs masculins. En théorie, elle savait lesquels étaient de garde, mais les adultes étaient libres de circuler à leur guise la nuit, aussi... elle ne pouvait être certaine de rien quant à son identité. La jeune femme découvrit un jean, ajusté par une ceinture de cuir puis un tee shirt, une cape de sorcier sur les épaules, et puis finalement, la luminosité éclaira le visage. Elle fût soulager de reconnaître le maître des potions, et accessoirement son directeur de maison.

Bon cela ne l'empêcherait pas d'être punie pour avoir dérogé aux règles mais au moins, ce professeur là, elle le côtoyait plus souvent en dehors des cours que la plupart des autres. Ce qui était somme toute logique quand on était à la tête de l'équipe de préfet. Son inquiétude affichait sur le visage, elle demeura silencieuse. Allait-on la renvoyer dans son dortoir sans plus ou aurait-elle le droit à une leçon de morale qu'elle servait elle même aux élèves qu'elle surprenait en dehors de leurs dortoirs la nuit ? Elle s'en passerait grandement. Ceci dit elle ne s'attendait pas à être invitée à suivre son directeur de maison dans son bureau. La punition allait tomber, elle en était sure. Obéissante, la jeune femme prit le pas sur celui de son professeur, le suivant dans les couloirs des cachots. Le bureau de Monsieur Chevalier n'était pas loin. La rousse sur un signe de son professeur entra en premier dans la pièce. Assez sobre, le bureau du professeur de potions était bien plus agréable que le bureau austère de certains professeurs comme celui de l'histoire de la magie, qu'elle avait trouvé étouffant la seule fois ou elle y était entrée. Au fond se trouvait une étagère portant des livres et des ingrédients de potions que Cassy ne put identifier, même avec les chandeliers allumés d'un geste par  Aymeric. Le bureau était propre et bien rangé, il régnait ici une certaine sérénité. La septième année resta debout, réprimant un léger frisson. Le temps passait dehors, l'avait vivement refroidi, elle n'aspirait plus qu'à retrouver son lit et se réchauffait. Mais elle devrait patienter un peu pour ça. Enfin elle dut se résoudre à lever son regard vers son professeur, consciente que les larmes versées plus tôt avait laissé des marques sur son visage. Elle espérait juste ne pas avoir à s'en expliquer. Elle essaya de paraître sure d'elle mais elle était loin, très loin de le ressentir. Aussi quand elle croisa le regard profond de son professeur, elle fût prise d'un léger vertige qu'elle parvient à masquer. Elle avait la soudaine sensation qu'il était capable de lire en elle comme si elle était un livre ouvert , mais pourtant interdit. Saisie par ce regard, elle eut du mal à s'en détacher mais finalement la gêne pris le dessus, elle n'osa même pas parler, de peur de trahir ses émotions par une voix tremblante. Merlin qu'elle se sentait mal à l'aise tout à coup.


© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Delacroix
I'm New !
Anaëlle Delacroix

Messages : 107
Copyright : Icecream
Avatar : Mary Kate olsen
Âge du Personnage : 20 ans
Poste : Apprentie journaliste
Particularité : Voyante

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyLun 25 Avr - 11:18

Quelques heures plus tôt Aymeric venait d'achever le dernier cours de Potion avec les premières années. Celui-ci n'avait pas été de tout repos, les élèves n'avaient fait que discuter, par conséquent le jeune professeur avait vite arrêté de compter tous les points qu'ils avaient dû enlever. Lorsqu'ils furent tous partis, la salle était d'une saleté épouvantable, tellement que même des récurvites n'avaient pas suffi. Après une heure de dur labeur à ranger et nettoyer sa salle Aymeric était épuisé, il avait fait le maximum pour tout nettoyer et laisser le moins de boulot aux elfes de maisons. En sortant de sa propre salle, il se rendit à ses appartements. Là-bas, il en profita pour prendre un bon bain tout en pensant à ce qu'il allait devoir faire juste après : manger et pour finir tourner dans les couloirs afin de vérifier qu'aucun élève ne s'y trouve en dehors du couvre-feu.

Quelques minutes plus tard, Aymeric avait vêtu une tenue qu'il considérait comme correcte. Autrement dit, il avait mis un jean ajusté par la plus belle de ses ceintures en cuir de peau de dragon, sans oublier l'élément essentiel à son look un t-shirt bleu nuit. Il partit donc ensuite en direction de la grande salle pour le repas avec sa cape de sorcier sur les épaules, malheureusement celle-ci cacher sa magnifique ceinture de ce fait, il la garda légèrement ouverte afin d’exhiber à son entourage cette magnifique ceinture qui lui avait coûté la peau des fesses. De toute évidence, celle-ci ne passa pas inaperçue. De nombreux élèves se retournèrent sur son chemin, Aymeric souriait comme un niais à présent, il était heureux de plaire et surtout à de jeunes étudiantes. Que lui arrivait-il ? C'était la première fois depuis cinq ans où il faisait attention à ces détails.


Il mangea donc son repas et repartit rapidement dans ses appartements afin de se préparer pour son tour de garde. Autrement dit, il devait se préparer pour « la corvée » il l'appelait ainsi car il n'aimait pas déambuler dans les couloirs et attraper les élèves en flagrant délit. Il appréciait encore moins les punir ou leurs enlever des points c'est pour cette raison qu'il avait pris l'habitude de leur faire de simples remontrances et dans le pire des cas là il enlevait des points. Mais revenons à nos petits moutons. Il devait à présent commencer sa ronde dans les couloirs du premier étage. Il ne s'était pas changé et sortit de son bureau baguette en main. Il murmura un Lumos pour y voir clair dans les couloirs qui était à présent assombri, le silence était de rigueur plus il avançait dans les couloirs et plus le calme du château le surprenait. Il avançait tranquillement jusqu'à ce qu'il entende un bruit qui semblait provenir de la salle de classe d'histoire de la magie, sans attendre plus longtemps Aymeric ouvrit la salle pour y découvrir l'esprit frappeur de Poudlard en train de préparer un mauvais coup encore.

« Peeves, qu'est-ce que tu fais là. Arrête ça tout de suite où je vais chercher le baron sanglant. »

Comme toujours, les menaces ne servaient à rien avec cet andouille de fantôme.

« Mais que vois-je, c'est le petit Chevalier on se prend pour un guerrier monsieur le professeur ? » après avoir lancé une de ses fameuses pics, il partit en traversant le mur.

Décidément, ce fantôme ne changerait jamais. Aymeric referma donc la salle de classe et se rendit à présent dans les cachots. Après l'avoir traversé de fond en comble, il n'avait croisé personne, il s'apprêtait donc à rentrer dans ses appartements. Sauf que sur le chemin éclairait par sa baguette magique, il tombât sur une élève. Au fond de lui, il espérait que cette élève ne fasse pas partie de sa maison, mais plus il approchait et plus il s’apercevait qu'il s'agissait de la jeune Cassandra Lewis la préfète en chef de Serpentard et accessoirement sa cousine éloignée, mais elle ne le savait pas encore. Pour elle, il n'était qu'un simple ami de la famille et sans plus raison pour laquelle il ne devait pas se montrer familier avec cette dernière. C'était vraiment difficile pour lui, de la voir ainsi et il ne pouvait rien faire malheureusement. À voir son visage, elle avait dû pleurer, si seulement il pouvait faire quelque chose pour elle.

Un silence venait de s'installer entre lui et son élève, ni l'un ni l'autre ne voulaient parler. Aymeric savait que celle-ci avait fait une bêtise, raison pour laquelle elle n'avait pas ouvert la bouche. Il se résigna donc à couper ce silence :

« Miss Lewis, que faites-vous ici en  pleine nuit, à ce que je sache ce n'est pas votre tour de garde ce soir ? Suivez-moi dans mon bureau s'il vous plaît. »


Aymeric à présent se dirigeait vers son propre bureau suivit de la jeune Serpentard. Arrivée à hauteur du bureau, il l'ouvrit et pénétra dans celui-ci suivit de son élève. Il s'installa tranquillement sur son bureau et invita Cassandra à s'y installer voyant que celle-ci restait debout.

0]]« Installez-vous Miss Lewis ne rester pas debout. »[/b]

Par la suite, elle décida peu de temps après de lever la tête et regarder son professeur. Aymeric voyait très bien à présent qu'elle avait dû pleurer. Un silence c'était à nouveau installé, il ne savait pas quoi dire, mais surtout il cherchait la manière adéquate pour le faire. Après quelques minutes, il décida d'ouvrir la bouche.

« Miss Lewis, J'aimerais savoir pourquoi vous étiez dans les couloirs du cachot à une heure aussi tardive. Cela ne vous ressemble pas. Regardez-moi et ne baissez pas les yeux, je ne vais pas vous punir, je cherche juste à comprendre. Vous pouvez me faire confiance vous le savez ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyJeu 28 Avr - 20:16








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.


A présent qu'elle se trouvait là, Cassandra songea que finalement, c'était bien le dernier endroit ou elle voulait se trouver. Elle craignait de causer du tord à sa maison ce soir, et causer du tord à son professeur. Pensée bête vous me direz mais pas pour elle. Monsieur Chevalier était leur maître des potions depuis cinq ans à présent. Quand il était arrivé, Cassandra comme toutes les autres filles avait soupiré devant le physique de ce nouveau professeur. Comment nier qu'il était plutôt bien fait ?C'était évident. Et il savait se mettre en valeur comme ce soir. Seulement voilà, la jeune femme, aujourd'hui âgée de vingt et un ans n'était plus une adolescente soupirante mais une jeune femme qui commençait à discerner les sentiments qu'elle pouvait ressentir. Aux yeux de la loi, sorcière comme moldue, elle était majeur et donc libre de ses mouvements, mais à Poudlard... rêver d'une telle relation était plutôt risqué et interdit. Aussi quand elle avait commencé à comprendre à la fin de l'année dernière, alors qu'elle côtoyait son professeur pour l'organisation des surveillances des buses, elle s'était surprise à apprécier sa compagnie plus que de nature. Jamais il ne lui avait parlé avec hauteur comme le font souvent les adultes, et jamais non plus, il ne l'avait sous estimé. Elle avait aimé l'aider à établir la liste des professeurs et répartir ceux ci pour les heures de surveillance, couplé cela aux rondes nocturnes pour lesquelles les préfets de cinquième année étaient bien sur dispensés. La rousse avait cherché à attirer son attention par la suite, mais quand bien même, il aurait remarqué, il n'avait jamais donné suite. A présent, elle avait totalement abandonné cette idée là, même si demeurait un certain trouble en sa présence.Comme ce soir.

Perturbée par ces nouvelles pensées, envers son professeur, Cassandra se passionna pour un détail sur la pierre de la cheminée. Elle n'osait pas le regarder. Il n'avait pas besoin de savoir que sa vie était sans dessus dessous. Surtout que de mémoire... il côtoyait un peu ses parents, et probablement qu'il partageait leurs avis. A vrai dire se l'entendre confirmer ne lui disait rien du tout. Cela descendrait probablement le jeune homme dans son estime et elle ne le voulait pas. Cependant, elle dut se résoudre à s’asseoir et subir quelques questions. Ne sachant que faire de ses mains, mais ne souhaitant surtout pas lui montrer sa nervosité, elle les posa sur ses genoux. C'était visible à cent lieues qu'elle était mal à l'aise mais peu importe. Le silence s'imposa à nouveau. Ses doigts caressaient le tissu de son pantalon, elle sentait le regard d'Aymeric peser sur elle. Peut être cherchait-il à deviner ses pensées. Heureusement pour elle, il ne pouvait pas les lire. Mais ce n'est pas pour ça qu'il ne chercha pas à savoir de quoi il en retournait. Il finit par parler à nouveau, Cassandra leva son regard vers lui. Il n'allait pas la punir ? C’était déjà ça, en revanche la suite de ses mots, plongea la serpentarde dans une série de battements de cœur désordonnés. Elle se mordilla la lèvre légèrement, hésitant à répondre. Pouvait-elle réellement lui faire confiance ?! A cette heure, elle n'en était pas sûre. En plus, cette portion de phrase avait quelque chose qui différait d'un intérêt porté à une élève, elle le fixa un petit moment avant de prendre son courage à deux mains. Quitte ou double après tout.

« Je.. je me trouvais sur les toits... J'ai eu besoin de m'isoler loin de... de tout »

La fin de sa phrase aurait pu être « loin de mon frère « mais après une courte réflexion, elle ne le prononça pas. Si cet homme voyait les choses comme son père, elle avait tout intérêt à ne pas lui parler trop intimement. Mais peut être qu'il comprendrait, les clashs entre elle et Adam étaient fréquents et parfois il y en avait des échos dans les couloirs. Sans arrières pensées, elle se surprit à vouloir , à pouvoir lui faire confiance. Au fond d'elle, elle avait besoin de se confier à quelqu'un qui ne la jugerait pas, quelqu'un qui n'irait pas la regarder comme une incapable ou pestiférée, ou quelqu'un encore qui était capable de la comprendre tout simplement. Et si ce quelqu'un était lui, ce professeur qui lui donnait tant d'émois ? Un instant son regard se détourna, prise avec elle même dans une bataille intérieur, à lutter pour ne pas céder devant lui. La tension s'accrut, la sorcière se leva pour faire quelques pas vers la cheminée. Elle avait toujours froid, mais surtout, étrangement, elle avait besoin de mettre un peu de distance entre lui et elle. Cependant, elle ne tarda pas à le regarder de nouveau.

« J'ignore si je peux vous faire confiance Monsieur... Vous êtes mon professeur et... tout cela me concerne personnellement, je ne peux pas vous mêler à... mes ennuis »

Son regard trahissait pourtant son désarroi et son besoin d'être épaulée, ou d'avoir un peu d'attention. Pas une attention courtoise ou polie mais bel et bien une personne sur laquelle, elle pourrait se reposer avec sincérité. Une personne qui pourrait l'aimer tel qu'elle l'était. Avec ses choix et son caractère. Mais là c'était une autre histoire, un autre rêve. A nouveau, elle cessa de le regarder pour porter ses yeux sur le feu dans la cheminée. Auparavant, elle aurait rêvé à son avenir, à ce qu'elle ferait. Jamais elle n'avait cru que cela déraperait à ce point là. Un frisson le secoua, faisant naître un tremblement visible. Était le froid ou bien la peur ? Elle même ne saurait le dire. Mais il était certain que quasiment toutes les nuits, elle assistait à nouveau à ce qui avait fait pencher la balance vers le noir, et le désespoir. Cela la hanterait chaque jour que Merlin fera avant l'issue fatale.



© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Delacroix
I'm New !
Anaëlle Delacroix

Messages : 107
Copyright : Icecream
Avatar : Mary Kate olsen
Âge du Personnage : 20 ans
Poste : Apprentie journaliste
Particularité : Voyante

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyVen 29 Avr - 9:34


Aymeric en tant que bon professeur était dans son bureau à interroger son élève sur son « escapade nocturne » qui était d'ailleurs plutôt inhabituelle. En effet, il ne l'avait encore jamais vu dans les couloirs surtout en dehors de ses heures de gardes. Ne voulant pas la punir, il essayait de comprendre la raison même de sa présence à l'extérieur de la salle commune. Car après tout, il devait bien avoir une raison plausible et cela il le savait. Ainsi, il ne dit rien préférant laisser la jeune et jolie Cassandra s'exprimer. Aymeric n'était pas du tout convaincu par ses explications, mais la phrase suivante de la jeune fille lui brisa quelque peu le cœur. Alors comme ça, elle ne savait pas si elle pouvait lui faire confiance ?

Aymeric était légèrement en colère, mais il le ne montra pas pour autant. Et dire qu'il connaissait cette enfant depuis son enfance. Certes, il n'avait pas été très présent pour elle, mais quand même ce n'était pas une raison. L'ancien Serpentard se sentait coupable à présent, peut-être que s'il aurait été plus proche d'elle, Cassandra se serait certainement confiée à lui. Heureusement qu'à ses heures perdues, il l'avait espionné sinon il n'aurait certainement pas compris le problème de la jeune fille. La pauvre être persécutée par son propre frère n'est pas très encourageant surtout quand son père ne disait absolument rien et qu'il le laissait faire. Combien de fois le jeune professeur s'était retenu d'intervenir au détour d'un couloir lorsqu'il assistait à une énième dispute. Même les remontrances qu'il faisait au jeune Lewis ne servaient à rien. Combien de fois, Aymeric s'était retenu de ne pas intervenir lorsqu'elle pleurait au fin fond d'un couloir. Il ne pouvait compter toutes ses fautes, mais rien n'était encore perdu et il pouvait les rattraper enfin c'est ce qu'il espérait. Ce sentiment jamais il ne l'avait ressenti pour quelqu'un et encore moins à l'égard d'une élève, mais était-il vraiment réel ? Il savait que ce genre de relation était interdite, mais ce soir il n'y avait personne pour le voir et il pouvait donc être lui-même.


Cet à instant précis qu'il regrettait de ne pas avoir donné suite lorsque la jeune fille réclamait un peu de l'attention. Essayait-elle de le séduire à l'époque ? Il n'en savait guère, mais à présent, il fallait qu'il rattrape ses erreurs, raison pour laquelle il se leva du bureau pour se mettre à côté de Cassandra et il posa sa main sur son épaule tout en lui parlant :

« Je suis certes votre Professeur, mais je suis également un cousin éloigné de votre famille. Je suis au courant pour vos petites disputes avec votre frère, j'ai assisté à certaine d'entre elle sans vraiment intervenir et j'en suis désolé. Dire que même les remontrances et les retenus n'ont pas suffi à votre frère et qu'il a continué à vous embêter. Sachez que je désapprouve les méthodes de votre père, même s'il m'a demandé de vous surveiller au fond je le faisais toujours pour moi-même. J'ai toujours menti à votre père à votre sujet lorsqu'il me demandait de vos nouvelles et lorsqu'il voulait savoir si votre comportement était acceptable. » Aymeric marqua une pause d'un soupir, sa main n'avait pas lâché l'épaule de Cassandra et à présent il la regardait avec tendresse et affection sans vraiment savoir le pourquoi du comment. Lorsqu'il s'en rendit compte, il retira sa main de ladite épaule et s'installa assis sur son bureau à seulement quelques centimètres de la jeune fille. Sans trop savoir pourquoi il reprit donc la parole : « Vous me faites confiances à présent ? J'aimerais vous aider, vous soutenir et être près de vous lorsque vous en sentirez le besoin. »

Et voilà, qu'il venait de lui dire tout ce qu'il avait sur le cœur, bien évidemment ces mots avaient un sens caché et il savait que la jeune Serpentard le comprendrait. Enfin si bien entendu elle le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptySam 30 Avr - 21:40








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.


Alors que tout était dit, qu'elle se renfermait sur elle même, la septième année se détourna à nouveau de son professeur pour regarder le feu. Les flammes léchaient de leurs ombres l'âtre ainsi éclairée. Elle avait toujours été fascinée par ces mouvements hypnotiques. Mais pas ce soir. Ce soir rien ne semblait avoir de saveur pour la jeune femme. Elle se tenait là, droite, altière, telle une reine digne devant son bourreau, telle qu'elle avait été élevé, à garder la tête haut quoiqu'il arrive, quand bien même parfois c'était plus difficile que d'autres. Elle sentait sur son dos, le regard de son professeur, elle sentait sa présence avec d'autant plus de force qu'elle était plus que réceptive à ces signaux silencieux. Que pouvait-elle lui dire de plus?Elle ne savait pas qui il était au fond, et le nombre de fois ou il était venu chez ses parents, il ne l'avait jamais défendu quand son paternel la rabrouait pour un oui ou un non, souvent envoyée promener pour les laisser entre hommes avec son frère. A vrai dire, il lui était comme un étranger quelque part. Un semi étranger. Un bruit de pas lui indiqua qu'il se rapprochait, Cassandra lui fit à nouveau face, essayant de maîtriser les battements de son cœur. Lorsqu'elle vit sa main s'approcher d'elle, un court instant, elle crut qu'elle allait pouvoir sentir la chaleur de ses doigts sur sa joue. Mais il se contenta de la poser sur son épaule, quand bien même, elle ressentit une vague déception, le geste lui donna l'occasion de sentir un léger frisson dans son dos. Aussi quand il reprit la parole, et qu'il parla d'être un cousin éloigné, sur le moment, l'information ne la choqua pas. Mais peu à peu, elle se concentra à nouveau sur ses mots.

Comment pouvait-il être un cousin éloigné ? Elle n'avait jamais entendu cela auparavant. Un froncement de sourcils répondit à cette information, froncement de sourcils qui s'accentuant à mesure qu'il continua à parler. Ainsi en plus d'Adam, elle était surveillée par Aymeric ? C'était le pompon ! C'était une évidence même qu'il n'intervient pas durant ses disputes avec son frère, pourquoi irait-il se mettre son père à dos ? Son attention était toute entière pour cet homme qui la faisait frémir. Pouvait-elle vraiment avoir un allié en ce professeur... ce cousin...Son regard émeraude se plongea dans celui d'Aymeric, à la lueur de sincérité qui brillait dans ses yeux, Cassandra comprit qu'il ne lui mentait pas. Elle ignorait tout au sujet des remontrances qu'il aurait pu faire à Adam. Si son frère avait été mis en retenue, outre que Cassandra le savait par autrui, jamais elle n'avait entendu dire que c'était à cause du maître des potions. Tout ceci la surprenait, et rien n'arrangea le chaos de ses pensées. Pourquoi ne pas agir mais veiller tout de même ? Pourquoi ne pas lui avoir dit tout cela plus tôt ? Beaucoup de questions se bousculaient dans son crâne. Il désapprouvait mais ne faisait rien qui puisse lui faire comprendre qu'il était de son côté, du moins jusqu'à présent. L'aurait-il fait si elle ne s’était pas promené la nuit dans les couloirs ? Elle ne comprenait plus rien à rien. La main masculine la délaissa, elle en ressentit un froid. Malgré tout, elle demeurait silencieuse, comment parler après toutes ces révélations troublantes.

Alors qu'il se réinstalla sur son bureau, Cassy le suivit des yeux. Si elle pensait que cela était tout, la suite, la fin acheva de la prendre de court.« Vous me faites confiances à présent ? J'aimerais vous aider, vous soutenir et être près de vous lorsque vous en sentirez le besoin. » Elle était suffisament intelligente pour savoir ce que cela voulait dire, seulement.. elle n'osa pas imaginer à quel degré il ressentait le besoin de l'aider. Était-ce par sollicitude ? Par amitié, par lien fraternel, ou bien tout autre chose ? Les battements désordonnés en elle démontrait combien ces mots la retournaient dans tout les sens. Sans trop savoir comment, elle s'avança vers lui, et déposa sa main sur la sienne, cherchant une courte étreinte, une pression qui voulait dire, merci. Elle devinait sa sincérité, son inquiétude palpable. Au fond d'elle, il avait fait vibré une corde sensible, la jeune femme sentit les larmes revenir à ses yeux. Elle le contempla un long moment. Comme pour graver cet instant dans sa mémoire avant de reculer, se renfermant du même coup. Elle ne pouvait pas le mêler à sa vie. Il était trop tard pour cela. Si son père l'apprenait, elle savait ce qui arriverait. Elle inspira doucement pour parler à son tour, d'une voix tremblante.

« Vous ne pouvez.. je ne peux pas vous mêler à ma vie... il est trop tard à présent. Vous.. vous savez ce dont est capable mon père, vous devez connaître ses activités... »

Oui en tant qu'ami de la famille, il devait bien savoir de quoi il s'agissait. Il serait égoïste de l’entraîner à sa suite dans une histoire perdue d'avance. La jeune Lewis lui adressa un petit sourire. Jamais elle n'oublierait cet homme, à présent, elle en avait la certitude. Plus aucuns garçons ne saurait retenir son attention désormais. Ce qu'elle ne savait pas, c'était qu'il ignorait vraiment tout. Il ne connaissait pas l'histoire de l'été dernier, ni de quoi son frère était capable, à l'instar de son père. Pour elle, soit elle se pliait devant eux, soit elle...serait reniée et pire. Faisant un nouveau pas en arrière, l'élève estima que l'entretien devait se clore, aussi, non sans un dernier regard, elle chercha à gagner la sortie. Ce qu'elle ne parvient pas à contrôler, ce fut les larmes, qui se mirent à nouveau à couler sur ses joues. La vue brouillée par ces perles d'eau, elle batailla pour trouver la poignée de la porte, sans parvenir à l'ouvrir. Elle se sentait tellement maladroite et vulnérable ce soir.



© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Delacroix
I'm New !
Anaëlle Delacroix

Messages : 107
Copyright : Icecream
Avatar : Mary Kate olsen
Âge du Personnage : 20 ans
Poste : Apprentie journaliste
Particularité : Voyante

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyMar 3 Mai - 14:18

L'atmosphère commençait à peser dans la pièce. Enfin c'est ce qu'Aymeric pensait. Elle était très tendue surtout entre lui et son élève. Par ailleurs, la pièce s'assombrissait laissant place à une atmosphère des plus lugubres à cause de la nuit qui était déjà bien là. Sans oublier qu'il commençait vraiment à faire froid malgré le fait que la cheminée était en route. C'est pour cette raison qu'il décida d'allumer un feu artificiel dans l'espoir de se réchauffer lui et Cassandra. Il ne voulait pas qu'elle tombe malade ou quoi que se soit d'autre. « Gêle flamme ». Suite à ces mots, un feu bleu jaillit de sa baguette, celui-ci commençait par ailleurs à réchauffer la pièce et il faisait tout d'un coup bien plus chaud. Pendant ce temps, Aymeric avait dit ce qu'il pensait de tout cela à Cassandra et à présent il attendait sa réponse. Allait-elle le rejeter ou bien se laisser convaincre de se confier à lui ? Sachant qu'il voulait être bien plus qu'un simple professeur pour elle et ça il l'avait compris en voyant son regard. Pendant un instant, il ne savait plus où il en était jusqu'à ce qu'elle le regarde droit dans les yeux. C’est à cet instant qu'il comprit qu'il l'aimait, mais cependant il ne put s'empêcher d'être effrayé, il ne voulait pas que cela lui porte préjudice ou tout autre chose. Pendant qu'il réfléchissait, la jeune Cassandra déposa sa main sur la sienne, comme si elle lui disait merci. Elle retira sa main aussitôt aux grands désarrois d'Aymeric. Elle décida enfin de lui répondre, les larmes aux yeux.


À l'entendre, elle ne voulait pas le mêler à sa vie. Cela lui transperça le cœur. C'était comme si on lui enfonçait un poignard dans le cœur, et elle l'enfonça encore plus en lui disant qu'il était trop tard. Aymeric eut tout d'un coup envie de lui crier ce qu'il ressentait et de lui dire qu'il n'était jamais trop tard, mais d'un autre côté, elle n'avait pas totalement tort. Son père était si effrayant comment ferait-il ensuite pour lui faire face ? De plus, il connaissait ses activités et il savait qu'il ne le laisserait pas partir avec tout ce qu'il savait. Mais d'un autre côté, son amour pour Cassandra était si fort. Tellement qu'il en oublia le patriarche et ce que les autres auraient pu penser. Il s'était décidé et rien ne pourrait le faire changer d'avis.

La jeune petite Lewis lui adressa un sourire ignorant qu'il ne connaissait pas vraiment toute la vérité. Elle s'apprêtait à partir, mais elle ne parvint pas à le faire. Les larmes avaient décidé de couler à cet instant précis. Sous le coup de l'émotion et de ses propres sentiments, le professeur de potion s'empressa de la réconforter en déposant sa casquette de simple professeur. Il la prit dans ses bras et lui caressa délicatement ses magnifiques cheveux roux. Il n'était plus professeur à cet instant précis, mais bien lui-même Aymeric Chevalier et pas celui qu'elle avait pu voir chez elle assez souvent et qui portait sans cesse un masque. Ce soir, il était vraiment lui-même, c'est pour cette raison qui décida de jouer la carte de la sincérité.

« Je suis vraiment désolée de vous avoir blessé ou si j'ai pu dire quelque chose de désagréable. Je connais certes les activités de votre père, mais contrairement à ce que vous pourrez penser je ne connais pas toute l'histoire. Je serais même ravie de la connaître. J'aimerais vous aider et vous épauler, peut importe ce que les autres penseront ou ce que pourrait penser votre père. Je serais toujours là pour vous.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyJeu 12 Mai - 22:46








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.



La jeune rousse se sentait comme prise au piège d'une spirale infernale. Tel un naufragé dans une tempête, elle avait l'impression que plus elle luttait contre les vagues, plus elle se fatiguait. Les demis aveux d'Aymeric était la goutte qui avait fait déborder le trop plein d'émotions que la sorcière s'efforçait souvent à refouler. Près de la porte, elle abandonna la lutte, elle ne chercha plus à quitter les lieux, mais simplement se laissa envahir par son désespoir. Elle en oubliait qu'elle avait un témoin derrière elle. Cassandra aurait voulu pouvoir s'entendre avec son père ou même son frère, demeurer libre de ses choix et de sa vie. Mais ce soir, tout lui semblait impossible, absolument tout. Dans son dos, son professeur s'approcha, Cassy n'y fit pas attention au début. Mais lorsqu'une paire de bras l'entoura, la jeune fille ne chercha pas à le repousser, au contraire. Elle avait tant besoin de réconfort, qu'elle s'appuya contre lui, pleurant de tout son saoul. Elle savait au fond d'elle qu'il ne la jugerait pas pour ça. Ses mains se posèrent sur son torse, découvrant la douceur chaleur de son corps chaud. Son visage se nicha naturellement contre son épaule, et alors seulement alors, Cassandra laissa tomber chacune des barrières qu'elle maintenait en permanence autour d'elle. Il était là, pour elle. Elle le sentait aux battements de son cœur masculin. Pour la première fois, elle ressentait quelque chose de fort pour une personne, un sentiment rare et puissant qui ne manquerait pas de l'effrayer mais ce soir, c'était comme s'ils venaient d'ouvrir une parenthèse et qu'ils s'ouvraient l'un à l'autre. Elle n'était plus l'élève, il n'était plus le professeur...

La voix profonde d'Aymeric caressa ses oreilles. Cassandra froissa le tissu de son t-shirt entre ses doigts. Elle profita un peu plus longtemps de son étreinte, de ses bras avant de lui répondre. Oh après tout qu'avait-elle à perdre à tout lui dire ? La rousse releva son menton après s'être détachée de lui à regretter. Devait-elle lui dire ce qu'elle pouvait ressentir pour lui ? Non.. c'était encore trop tôt, trop frais. Sa main gauche vient frotter ses joues lentement, alors qu'elle remarque sur son t-shirt, la trace de ses pleurs. Une légère grimace à ce constat. Elle lève la main pour caresser le tissu humide avant de le regarder. Les yeux se cherchent, se trouvent. Etait-il capable de lire en elle ? En cet instant, c'était l'impression qu'elle eut. Elle sourit légèrement avant de murmurer d'une voix encore tremblante de sanglots.
« Je suis désolée... » Elle parlait de son t-shirt bien sur, et de cette crise de pleurs qu'elle n'avait su contrôler. Enfin peu importe. Sa main retomba. Elle n'avait pas peur avec lui, mais peur pour lui, pour eux. Son regard émeraude se baisse mais revient rapidement vers le sien. « Vous n'êtes pas responsable Aymeric, je n'ai pas à vous excuser... ma vie est sans dessus dessous depuis plusieurs mois, il m'arrive … de perdre espoir comme ce soir.. » Décidée à s'ouvrir une unique fois à cet homme, peu importe ce qui en résulterait, Cassandra s'éloigna de la porte pour revenir vers la flamme magique que le jeune homme avait créé peu avant. Elle avait froid, mais aussi pour se donner un peu de courage.

« Vous savez que mon père réunit autour de lui plusieurs sorciers qu'il aime à appeler l'élite de la magie. Ces vénérables hommes de famille au sang pur et toutes aussi anciennes les unes que les autres. Vous devez sûrement aussi savoir que ces réunions ne sont pas forcément anodines, qu'ils ont été à l'origine de plusieurs troubles au sein de la communauté sorcière... »

Bien sur qu'il devait être au courant au moins de ça. La jeune femme marqua une pause, le temps de rassembler ses idées. Que son père soit à l'origine de manifestation anti moldue ou anti né moldu, ne l'avait jamais perturbée plus que ça avant cet été. Élevée à vénérer le sang pur qui coulait dans ses veines, elle avait toujours trouvé cela normal, même si elle ne partageait pas la haine viscérale que son père vouait aux sorciers de souches impures, comme il disait. Elle s'approcha du bureau qu'elle caressa des doigts. Combien de fois, s'était-elle imaginée Aymeric assis à cette table, en train de travailler ou non d'ailleurs. Ce soir elle avait le privilège de vivre un moment hors norme, jamais dans son imagination, cela ne se serait passé ainsi. Elle finit par reprendre.

« Père voue une haine démesurée pour les moldus, et ces sorciers qui en naissent. Depuis que notre monde leur a été dévoilé, cette haine a grandi. Il ne supporte pas l'idée de ces nouveaux sorciers, pour lui c'est une insulte à la magie. Et s'il ne peut pas agir en plein jour... il ne se prive pas pour en secret, s'adonner à quelques … disons actions avec ses plus fidèles amis, ceux qui partagent ses idées au même degré. Et... il désire que Adam et moi perpétuons tout cela. Depuis notre plus jeune âge, Père nous a appris la signification du sang, notre... supériorité. J'avoue que je ne m'étais jamais posée de questions jusqu'à cet été... » nouvelle pause, s'il était attentif, le professeur put percevoir une brisure dans la voix de Cassandra à cette fin de phrase. Cette dernière s'était d'ailleurs arrêté près du feu. Les souvenirs de cette journée revenaient de plein fouet à sa mémoire. Elle poursuivit toutefois d'une voix moins sure, peut être même d'un ton plus bas. « Ce jour il nous a emmené Adam et moi avec lui, pour assister à ces soi-disant réunions. Je.. je ne me doutais pas de ce qui nous attendait alors. Edward le meilleur ami de Père était là lui aussi. Ainsi qu'un autre, Mr Gardner... Ce n'était pas une réunion.. c'était un test pour moi, pour Adam... On nous fit transplaner dans un endroit qu'on ne connaissait pas devant une maison isolée....ils... Ils ont frappé, un homme a ouvert, il n'a pas pu dire un mot qu'il était mort.. sa femme subit le même sort peu après.. Père nous a obligé à entrer, ces gens... ils avaient deux enfants, un petit garçon.. Il devait pas avoir plus de six ans, et une petite fille plus jeune. Père nous donna l'ordre de les tuer... Nous, Adam et moi nous devions tuer ces enfants... et moi je n'ai pas pu... J'ai pas réussi à lui faire du mal, je revois sans arrêt le regard de ce garçon, de la terreur qu'on pouvait y lire, il était si jeune ! Père s'est mis dans une rage, je ne l'avais jamais vu ainsi, j'ai bien cru que j'allais subir le même sort que cette famille ! Quand nous sommes rentrés, il m'a fait juré que si je ne prouvais pas que j'étais digne d'être sa fille, il... »

Comment dire les mots qui l'avaient poignardé alors. Comment dire que son père lui avait promis que si elle ne se montrait pas digne de lui, fidèle à ses idées, elle serait considérée comme une traître à son sang, à son nom. Qu'elle serait déshéritée, et surtout.. qu'il était fort peu probable qu'elle demeure en vie. Et étrangement, elle savait son géniteur capable d'en venir là. Pour lui, elle n'était qu'un pion qu'il avait pensé pouvoir forger à son image, jamais elle n'avait obtenu de lui autre chose qu'un intérêt, jamais d'amour. Elle s'enferma à nouveau dans le silence. Elle était incapable de finir sa phrase mais à présent Aymeric était capable de comprendre pourquoi elle ne pouvait pas le mêler à sa vie. Qu'elle ne pouvait pas céder à son envie de l'aimer. Car oui, elle était amoureuse, quoiqu'elle puisse faire contre ça.





© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Delacroix
I'm New !
Anaëlle Delacroix

Messages : 107
Copyright : Icecream
Avatar : Mary Kate olsen
Âge du Personnage : 20 ans
Poste : Apprentie journaliste
Particularité : Voyante

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyJeu 19 Mai - 20:58

Contrairement à ce qu'il aurait pu penser, la jeune Cassandra ne le repoussa pas. Bien au contraire,  la jeune Serpentard venait de craquer et elle avait besoin de réconfort. Aymeric en fut même très ravi, il la serra de plus belle, en espérant que son étreinte serait suffisante pour la calmer. Il ne la jugerait pas au non,  tout simplement car il la comprenait. Il n'avait certes pas vécu tout cela, mais il faisait son possible pour la soutenir. Il sentit les mains de Cassandra se poser sur son torse et le visage de la Verte et Argent contre son épaule droite. Ce contact-là réchauffa le cœur d'Aymeric. Il savait à présent que la jeune femme venait de dévoiler son masque et de laisser tomber les barrières qu'elle avait maintenues jusqu’à présent. Sous l'émotion, il lui caressa les cheveux. Il n'y avait plus cette barrière entre eux, il n'était plus professeur et elle n'était plus son élève. Il était simplement un homme et elle une jeune femme qui avait besoin de réconfort. Et lui, il la voulait et la désirait.
Il sentit le tissu de son t-shirt se froisser. Il ne voulait pas que ce doux moment se termine surtout pas maintenant. À contrecœur, ce fut la rousse qui mit fin à cette étreinte. Le jeune professeur eut d'ailleurs du mal à s'en défaire. Il la vit relever le menton et elle l'observait. Aymeric ferma les yeux au contact de la main de Cassandra, il appréciait ce geste doux et chaud. Il ne voulait pas que ça s'arrête. Mais, la jeune femme rompit ce contact, sa main dévia sur le tissu humide de son t-shirt. À ce moment précis, Aymeric n'en avait rien à faire de son t-shirt et il s'en foutait d'être légèrement trempé. Le regard de Cassandra et le sien se croisèrent. Il lisait en elle comme dans un livre ouvert, s'en rendait-elle compte ? Il savait qu'elle était désolée au sujet de son t-shirt. Peu de temps après, la jeune femme s'excusa de vive voix pour le t-shirt et pour cette crise de pleure incontrôlée. Aymeric ouvrit la bouche pour la rassurer :

« Ce n'est pas grave, ne t'inquiètes pas. Ce n'est qu'un t-shirt. Et tu as tout à fait le droit de pleurer, je ne te jugerai pas. Bien au contraire, je suis là pour t'aider et t'épauler si tu en ressens le besoin. »


Peu de temps après, elle la retira. Comment allait-elle réagir puisqu'il venait de la tutoyer ? Peut-être qu'il n'aurait pas dû après tout non ? Peu de temps après, le regard de la jeune rousse revint rapidement vers lui. Il était ravi, la jeune femme avait enfin décidé de se confier à lui. Il ne la décevrait pas, mais surtout il ne voulait pas la décevoir. Il l'écouta donc attentivement se confier et il la suivit du regard lorsque celle-ci se dirigea en direction de la flamme magique qu'il avait créé peu de temps avant. Il l'écouta donc poursuivre. Il fut d'ailleurs assez surpris d'apprendre la suite, mais il ne la coupa pas. Alors comme ça, son père haïssait les moldus ? Voilà qui ne devrait pas plaire à certaines personnes.

Il put remarquer une certaine brisure dans sa voix lorsqu'elle évoqua l'été dernier. Que s'était-il passé ? Il est vrai qu'il n'avait pas pu se rendre au manoir familial et c'est à cet instant précis qu'il le regretta. Elle avait dû beaucoup souffrir et il s'en voulait, de ne pas avoir été là avec elle pour la soutenir. Peu de temps après, Cassandra reprit difficilement ses explications. À la fin, Aymeric en était bouche baie, il ne savait pas quoi répondre à tout cela. Bien qu'elle ne l'avait pas dit, il savait très bien qu'il était capable du pire. Il était donc capable de renier sa propre fille et ça il le savait. Son père était un monstre et il ne pouvait pas la laisser vivre avec un type comme lui. Alors il réfléchit à une idée. Il venait d'en avoir une, mais était-elle réalisable,  était-elle correcte ? Sans attendre, il en fit part à Cassandra. Tant pis, si cette dernière refuserait même si au fond il espérait le contraire.

« Jamais je ne le laisserais faire ça crois-moi. Viens vivre chez moi. Au moins, là-bas tu seras en sécurité. Laisse-moi t'aider et laisse-moi faire partie de ta vie. Lorsque tu auras terminé tes études à Poudlard, nous partirons où tu voudras. Du moment que c'est très loin de ton père et de ses « amis ». Qu'en penses-tu ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyDim 22 Mai - 16:16








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.



Revivre ce moment affreux, laissa la jeune femme, le cœur battant et des images à l'esprit , qui n'avait rien d'agréable. Plus jamais après ça, elle ne pourra être la même. Elle le savait et petit à petit elle l'admettait. Elle savait aussi que ce soir se jouait un tournant dans sa relation avec son professeur. Non seulement,elle avait appris qu'il était un cousin éloigné mais en plus.. qu'il y avait plus que cela à présent. Elle ignorait si elle se sentait capable d'assumer tout cela. Rajouter à sa situation déjà compliquée, une relation avec un professeur n'arrangerait en rien celle qu'elle avait avec sa famille. Si Adam pour commencer, l'apprenait, il ne manquerait pas d'en faire part à son père et là... Cassy ne préférait même pas imaginer la réaction de son géniteur. Elle aurait bien trop peur pour Aymeric. C'était suffisant de se préoccuper de soi même en ces circonstances pour rajouter une inquiétude plus importante pour une personne qui était devenue chère , même si cette dernière l'ignorait plus ou moins. Près de la cheminée, elle s'était à nouveau murée dans un silence. La septième année ne se sentait pas capable de le regarder, après ce qu'elle venait de lui dévoiler. De voir l'expression de son visage. L'horreur ? La surprise, la colère ? Elle ne savait pas ce qu'il allait ressentir mais elle ne voulait pas le voir dans ses yeux. Après tout, il avait dit désapprouver les méthodes de son père, mais peut être pas ses idées. Au final, elle se ridiculisait peut être devant lui. Peut être même qu'il désirait seulement la faire parler pour rapporter ses paroles à son père ! Qui sait ! Du fond du cœur, elle espérait que non. Elle ne le voyait pas aussi fourbe.

Un silence s'installa, il ne dura guère, le professeur parla, malgré elle, Cassandra se tourna vers lui pour l'écouter. A mesure qu'il parlait, la jeune femme ressentit de l'incrédibilité, une surprise mais aussi une tendre vague d'amour. Cet homme en face d'elle, se pouvait-il vraiment qu'il puisse comprendre à quel point, elle ne pouvait pas accepter ? Ses mots la touchèrent évidemment, l'idée était belle, et pour un peu, elle serait tentée de dire oui. Quitter le domaine familial, ne plus revenir, oublier son père, son frère, dire au revoir à ces menaces qui planent sur sa tête. Subitement, elle oublia toute retenue. Dans ces paroles, ces promesses, elle comprenait qu'il était sincère, que ce n'était pas un professeur qui lui parlait mais bel et bien un homme à une femme. Elle lui sourit, tendrement, pleine de douceur. Elle fit quelques pas pour se rapprocher de lui, et prit sa main dans la sienne, pour la serrer doucement. Franchir plus de limite ? Oui pourquoi pas, mais c'était peut être encore trop tôt. Elle finit cependant, par lui répondre.


« Que crois tu que mon père fera s'il découvre que je ne rentre pas ? Penses tu réellement qu'il n'a pas les moyens de me retrouver ? Et si en plus, il tombe sur toi.. Non je ne veux pas risquer cela. Je ne peux pas te mettre en danger sous prétexte que.. je tiens à toi, ça serait égoïste de ma part. Tu es libre Aymeric, tu ne dois pas.. t 'enchaîner à moi ! »

Et pourtant, merlin qu'elle le voulait. Cassandra déposa un baiser aux coins de ses lèvres légèrement, laissant là une empreinte de ses lèvres avant de se reculer. Refuser lui déchirer le cœur mais elle ne voulait absolument pas lui causer de tords. Il était comme une lueur dans les noirceurs qui l'entouraient. Elle avait besoin de cette lueur. Ce soir, il venait de lui offrir une raison de se battre. Ne dit-on pas que l'amour donne la plus grand force au monde ? La rousse pourrait vérifier cela dans le futur. Sa main caressa la sienne avant de la relâcher. Elle l'avait certainement déçu mais il devait comprendre. Même si elle l'aimait, même si elle le voulait, depuis plusieurs mois, aujourd'hui tout avait changé. Elle baissa un peu la tête, consciente qu'elle lui faisait peut être du mal à cet instant. Sauf que... si il insistait, elle doutait pouvoir lui résister. Aimer.. l'aimer, elle en rêvait.




© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Delacroix
I'm New !
Anaëlle Delacroix

Messages : 107
Copyright : Icecream
Avatar : Mary Kate olsen
Âge du Personnage : 20 ans
Poste : Apprentie journaliste
Particularité : Voyante

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyLun 23 Mai - 20:41

Aymeric avait laissé parler son cœur. Il lui avait proposé de vivre avec lui, maintenant il n'avait plus qu'à attendre sa réponse. L'attente le stressait de plus en plus, il ne savait plus quoi penser. D'un côté, il avait vraiment envie qu'elle accepte, il se voyait déjà vivre avec elle. Dans son rêve, il vivait heureux avec Cassandra à ses côtés. Celle-ci était heureuse et par conséquent lui aussi était heureux. Dans ce rêve, il avait réussi à l'éloigner de tous ses problèmes. Il ne voyait à présent plus sa vie sans elle, c'est pourquoi il se devait d'insister même si la jeune femme refuserait sa proposition. Et d'un autre, il ne voulait pas la forcer. Peut-être qu'elle ne voudrait pas s'en éloigner. Il ne savait plus quoi faire et il n'avait plus qu'à attendre la réponse de sa bien-aimée.

En parlant de cette dernière, elle lui sourit tendrement pleine de douceur. Aymeric adorait ce sourire. Il y avait quelque chose dans celui-ci qui lui réchauffait le cœur et qui lui donnait envie de la prendre dans ses bras mais il n'en savait pas la véritable cause. Son visage était certes magnifique, mais il l'était encore plus avec ce sourire, sourire qui lui faisait chavirer son pauvre cœur. Aymeric dans ses pensées les plus intimes ne se rendit pas compte directement que Cassandra s'était rapproché de lui et qu'elle venait de lui prendre la main pour la serrer doucement dans la sienne. À son contact, Aymeric sortit de ses pensées. Ce contact, lui faisait un bien fou, il le réchauffait. Étrangement, son cœur battait de plus en plus vite. Devait-il franchir la limite ? Car à cet instant précis, il ne voulait plus qu'une seule chose : c'était de l'embrasser. Mais peut-être que c'était encore trop tôt pour le faire et il ne voulait pas la brusquer. Dans l'attente, car oui elle n'avait pas encore répondu à sa proposition, Aymeric plongea ses magnifiques yeux bleus dans les siens et il la regardait d'un amour sincère. Au fond, il croisait les doigts. La rouquine ne tarda pas à lui répondre.


Aymeric était de sa réponse, mais il ne voulait pas lâcher. Alors qu'il cherchait les mots qu'il allait utiliser. Cassandra lui déposa un léger baiser aux coins de ses lèvres. Il n'eut donc pas le temps de répondre à ce léger baiser, qu'elle avait déjà reculé. Aymeric avait beaucoup aimé ce contact et il aurait voulu que cela se prolonge. Mais avant cela, il argumenta de plus belle, cette fois-ci il allait la convaincre et il n'en doutait pas, enfin il espérait la convaincre. Tout simplement car il l'aimait plus que tout et tout simplement car il ne voulait pas la perdre de nouveau :

« Je n'en ai rien à foutre de ton père. Je n'en ai pas peur surtout si tu es avec moi. J'imagine bien que ton père te cherchera, mais tu es majeur. Personnellement je considère que tu peux donc faire ce que tu veux et quitter donc la maison familiale. Tout comme je l'ai fait à ton âge. Je ne veux pas savoir les différents moyens qu'il utilisera. Et je m'en fous, car après tout, je suis sûre que nous serons partis très loin d'ici là.
Toi seule passe en premier Cassy et tu le sais très bien. Je ne peux pas vivre sans toi. Depuis l'année dernière je lutte contre mes sentiments à ton égard. J'en ai le cœur meurtri. Je ne suis plus libre tu comprends ? Car je t'aime et je ne me vois pas vivre sans toi. Je suis prêt à tout pour que nous soyons enfin ensemble. »


Et voilà, il l'avait enfin dit. Il venait enfin de lui déclarer sa flamme. Ressentait-elle la même chose pour lui ? À la fin de sa phrase, Aymeric ouvrit grand les bras en direction de Cassandra et il l'enlaça. Il ne voulait pas qu'elle s'en aille. Surtout pas maintenant. Il l'aimait trop pour la laisser partir. Il serait même capable de quitter son travail pour elle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra E. Lewis
I'm New !
Cassandra E. Lewis

Messages : 80
Doubles Comptes : David S. Emerson
Copyright : pennysboat
Avatar : Shailene Woodley
Âge du Personnage : 21 ans, 7éme année
Poste : Préfète-en-chef

Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric EmptyDim 28 Aoû - 22:57








« Prise en faute ! »

Avec Aymeric Chevalier, Professeur de Potions.



Vivre à ses côtés, quelle idée séduisante. Malgré elle, Cassandra voyait des images d’une vie à deux. Alors qu’elle avait exclu jusqu’à la possibilité qu’il puisse la voir autrement qu’une élève, voilà que tout se bouleversait ce soir. Qui l’aurait cru ! C’était comme un rêve, s’était-elle endormie sur le toit sans s’en rendre compte ? Non… vu la chaleur qu’elle ressentait émanant du corps masculin devant elle, c’était là encore impossible ! elle se trouvait bien dans son bureau et bien devant lui. Et qui plus, elle avait bien déposé ses lèvres près des siennes. Une couleur rosée teinta ses joues, quelle audace vraiment ! Elle ignorait comment Aymeric aller réagir, que ça soit pour ce geste insensé que pour la réponse qu’elle venait de lui donner. La rouquine était quelqu’un de fort têtu quand elle s’y mettait surtout si son cœur se mêlait à la partie. Ses deux mains se joignirent pour se serrer l’une contre l’autre. Son cœur battait à tout rompre, faisant résonner ses battements à ses oreilles. Elle ne devait pas céder, pas se laisser tenter. Cela était bien trop risqué déjà pour elle, alors si elle acceptait de le laisser entrer dans sa vie différemment… Non vraiment, c’était trop tard pour y songer, quand bien même elle le voulait au fond d’elle. Cette fois c’était sa raison qui parlait.

Le silence sembla s’installer, bien rapidement briser par son professeur. Elle releva la tête lentement, et l’écouta, un peu surprise par la fougue de ses mots. Jamais encore elle n’avait entendu Aymeric parler avec vulgarité. Lui qui faisait toujours preuve de politesse, des formules plus relevées. Elle l’écouta cependant sans dire un mot. Elle devait reconnaitre une chose, il ne pouvait dire cela sans être influencé. Et quand elle disait influencée, c’était par ce sentiment… qu’il avait pour elle. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, combien de fois avait-elle imaginé le jour où il se serait déclarer, qu’elle lui répondait. Mais tout cela s’était bien avant cet été. Oui elle était majeure mais même majeure, chez les Lewis les femmes n’avaient aucunes marges de manœuvres. Et Aymeric était bien placé pour le savoir. Ou peut être pas… Qu’en savait-elle au fond des relations exacts qu’il avait avec son géniteur. La rousse se mordilla la lèvre. Le jeune homme la prit dans ses bras, sans un geste pour le repousser, elle le laissa faire. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se sentir en sécurité dans le cercle de ses bras. Aussi elle se laissa aller contre lui. C’était comme de se tenir contre un mur, on était sûr de ne pas tomber, et bien là, elle ressentait à peu près la même chose. Et une certitude se figea. Il ne la laisserait pas tomber. Cassandra profita de cet instant, sans remords. Elle avait cruellement besoin de force pour tenir le coup, elle puisait en lui, à cet amour qui naissait, et exploser. Elle avait besoin de force pour lui répondre, car elle le devait. Et ce n’était pas forcement ce qu’il attendait. Elle finit par se dégager doucement, peinant à s’arracher à son étreinte. Puis d’une voix douce, elle lui dit :


« Je suis désolée Aymeric, merlin pourrait te dire combien j’aimerai pouvoir te dire oui… mais je ne peux pas. Je ne peux pas, ni ne veux pas te mettre en danger. Mon père ne voit pas les choses comme toi, pour lui, les femmes doivent obéissance aux hommes…ma mère, moi…Si j’acceptais de te suivre, non seulement, il ferait tout pour me retrouver et mais il s’en prendrait alors à toi. Et ça je ne le supporterai pas ! »

Plutôt mourir que de vivre avec ça, sur la conscience, car cousin éloigné ou non, tout sorcier qui se met sur la route de son père, en paie le prix quoiqu’il puisse faire. Elle poussa un léger soupire. Elle n’avait pas d’issue. Rien mise à part, réussir le test peut être ? Ce dont elle ne serait jamais capable ! Tuer de sang-froid… Elle ignorait comment Adam le pouvait, c’était au-dessus de ses forces. Elle passa sa main dans ses cheveux roux. Son regard s’enfonça dans celui du maitre des potions, elle le regarda longuement avant de répéter trois mots. « Je suis désolée.. » Puis lentement, elle se détourna, ayant retrouvé son sang-froid. Le laissant là, sans un geste de plus pour lui, elle ouvrit la porte et se glissa dans le couloir. Elle devait retourner à son dortoir, s’éloigner de lui avant de succomber à son attirance pour lui. Chose qu’elle ne devait absolument pas faire. D’un pas rapide, elle s’éloigna, espérant qu’il ne la suivrait pas…




© gigie ©Gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty
MessageSujet: Re: Prise en faute ! - Feat Aymeric   Prise en faute ! - Feat Aymeric Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise en faute ! - Feat Aymeric
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]Prise de Joinville
» Prise casque et parasites...
» Doublon, prise militaire et tueur
» Deck Mélée Epique et prise à 2 ou plus
» Prise de AS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Dragées Surprises ! :: Archives :: RPs-
Sauter vers: