AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 ♢ Le froid rapproche les âmes esseulées, et toi... Tu te gêles. - Riley

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


♢ Le froid rapproche les âmes esseulées, et toi... Tu te gêles. - Riley Empty
MessageSujet: ♢ Le froid rapproche les âmes esseulées, et toi... Tu te gêles. - Riley   ♢ Le froid rapproche les âmes esseulées, et toi... Tu te gêles. - Riley EmptyMar 19 Jan - 19:48

Riley ∞ Rosemond

On avait beau se plaindre du manque de lumière, du froid étourdissant qui se faufilait dans les couloirs du château, rien ne pouvait entraver ma bonne humeur. Non, je n’étais pas toujours aussi enjouée d’ordinaire, il y avait même des moments ou je pouvais mordre, mais pas aujourd’hui. Je me félicitais intérieurement d’avoir réussi à mettre la main sur le vieux grimoire de mon père, celui qu’on ne risquait pas de retrouver sur les étagères des librairies fréquentables. C’était un héritage familial, un trésor que l’on se transmettait de génération en génération, jalousement gardé dans un coffre fort protégé par un puissant sortilège. Si je ne savais pas mon père excessivement prévoyant, j’aurais presque pu me croire à la banque Gringotts. Par je ne sais quelle courbette, j’avais finalement convaincu mon cher papa de me donner la formule de l’enchantement protecteur, lui jurant de ne jamais faillir à mes devoirs de fille honorable. Mon père avait fait une erreur, encore une. Non, je n’avais pas volé ce satané grimoire pour l’exhiber fièrement à la vue des autres élèves… Enfin, pas entièrement.
Bon ok, j’avais juste arraché une page, la seule page qui méritait vraiment qu’on désobéisse à son père, avec tous ce que cela entraînerait comme lots de problèmes. Est-ce que je m’inquiétais de savoir si Monsieur Adarius allait le remarquer ? Non. Est-ce que je craignais les sanctions qui découleraient de mon geste ? Pas le moins du monde. Pour tout dire, je ne pensais même pas aux hurlements de ma mère quand mon père viendrait lui annoncer de sa voix dramatique : «  Lisbeth, nous n’avons plus de fille ». Sacré papa, si on n’avait dû l’écouter à chaque fois qu’il avait prétendu ne plus avoir d’enfants, on aurait rayé notre famille de la surface de la Terre à tout jamais. Mon frère, premier concerné par cette fameuse phrase, s’en amusait autant que moi. Et puis, mon père pouvait crier son désespoir sur tous les toits, rien ne pouvait me gâcher le bonheur d’avoir la fameuse page dérobée avant la rentrée scolaire. Qu’est ce qu’elle contenait exactement ? De quoi faire une sorte de mélasse qui, une fois avalée par le premier crétin crédule, l’aurait cloué au lit pour une bonne semaine. Je vous vois venir de suite. A qui comptais-je faire boire cette odieuse potion ? A personne, si, si, à personne. Mes collègues de Serpentard, les plus dignes de confiance, savez très bien que j’étais une passionnée de breuvages moyenâgeux. Si je n’étais pas la plus studieuse de mon année, j’étais en tout cas une experte en potion aguerrie.

Le froid de l’hiver qui faisait grelotter les élèves ne m’avait pas empêché d’accompagner l’une de mes amies de ma maison jusqu’au parc de Poudlard. Elle avait « vraiment besoin de moi pour aller se déclarer à l’homme de ses rêves ». Ah bon ? C’était une amie proche, donc pas objective, pas prudente, pas courageuse pour un sou devant les tourments de l’amour. La seule raison pour laquelle j’avais accepté de servir de porte-chandelle, était le fait que j’adorais voir le parc de l’école recouvert de neige. Poudlard n’était jamais aussi beau que lorsqu’il s’était paré de son épais manteau blanc, réveillant chez moi des envies d’enfantillages. Une bataille de boules de neige par ci, un bonhomme de neige par là, un élève de première année balancé dans la neige à gauche, un autre enterré à droite. La période que je préférais sans aucun doute ! Alors que ma copine adorée pour qui j’acceptais de me glacer les jambes discutait d’un avenir puéril avec son « petit copain », j’admirais la splendide vue en contre bas que j’avais sous les yeux. Un coup de baguette magique avait débarrassé le banc de son humidité, me permettant d’apprécier plus à mon aise le paysage. Bon, si on oubliait les embrassades bruyantes du nouveau couple qui résonnait dans mes oreilles, tout était parfait. Mon regard se posa sur eux un instant. Collés comme des caramels mous, ils devaient se tenir chaud.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
 
♢ Le froid rapproche les âmes esseulées, et toi... Tu te gêles. - Riley
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soso Foudr Froid
» 2.1.2 le DH froid
» Chaud et froid
» Uskutia Thermae
» La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelius Charm :: Dragées Surprises ! :: Archives :: RPs-
Sauter vers: